:
:
  • Grimoire
  • >
  • Chapitre 3 - Les Ulaths, de Tritard à la Montagne de Brumebleue
  • >
  • 1ère partie - Un matin à Tritard (1/2)

Grimoire

Lorkoch écarta l’épaisse toile de tente, sortit puis inspira un grand coup en profitant de la brise matinale. Il réajusta sa besace, faisant jouer des reflets de lumière orange que l’aube projetait sur les plaques de métal qui parcouraient ses bras gris anthracite. L’air lourd et chargé d’humidité déposait de fines gouttelettes de rosée sur ses cornes noires, et Lorkoch fit craquer ses articulations en traînant son regard sur la brume épaisse ramassée derrière le fer et le bois des hauts remparts du camp. A cette heure-ci, quelques gardes isolés somnolaient sur les tours de guet, et des ronflements épais s’échappaient des tentes.

Lorkoch, comme tous les Ulaths, tenait difficilement en place. A peine levé, il étirait ses muscles puissants tout en marchant lentement, arpentant le chemin de ronde qui longeait l’enceinte intérieur du campement. Ses premières pensées allèrent à Rasal, leur féroce Matriarche, qui lui avait fait l’honneur de sa visite la veille au soir. Il était encore sous le charme de sa beauté, qui n’avait d’égal que sa cruauté. La vénérée Matriarche terrorisait la région, son règne avait assuré la main-mise du clan sur les Plaines Fournaises, des terres hostiles qui rebutaient n’importe quel envahisseur venu de l’extérieur. Des brouillards brûlants s’y levaient sans crier gare, ses étendues désertiques regorgeaient de dangers imprévisibles comme les geysers enflammés, les nappes de laves mouvantes…Seuls les Ulaths avaient été à même de dompter ces contrées, et le monde le savait grâce à Rasal.

Lorkoch continuait sa promenade matinale, et arrivait à hauteur des bognis, les yaks des Plaines Fournaises, utilisés dans le transport de bagages et de marchandises. De longs poils recouvraient leur ventre dur et rocailleux, et leurs cornes chromées saillaient au dessus de leur mufle vaporeux et bruyants. La plupart étaient sellés.

Rasal tenait à lancer au plus vite une campagne de raids hors des terres Ulaths. Les autochtones de la région étaient totalement soumis et vivaient dans la peur, plus rien ne se dressait sur la route du clan, qui commençait à s’ennuyer ferme. Une seule chose retenait encore les troupes à Tritard et rendait la Matriarche particulièrement irritable; un unique foutu repaire de guerriers belliqueux qui continuaient d’aller librement dans la région, les Boucans. Impossible à dénicher. Ils ne représentaient pas une menace, mais le simple fait de les savoir affranchis du joug du clan était insupportable pour Rasal. Heureusement la situation avait changé depuis peu.

Un garde salua Lorkoch tandis qu’il passait devant la porte d’entrée du camp. Lorkoch reconnut un de ceux qui avaient participé au coup de filet. En effet, malgré leurs précautions, les Boucans étaient finalement tombés dans une embuscade. Un joli groupe avait été fait prisonnier trois jours auparavant, et ses membres bénéficiaient depuis de toute l’attention de Rasal. C’était précisément la raison pour laquelle Lorkoch s’était entretenu avec elle, le soir d’avant. Comme de coutume, la Matriarche était venue chercher en personne un Ulath pour lui attribuer le rôle de tortionnaire. Un nouveau bourreau était désigné chaque jour, et pour aujourd’hui, c’était à Lorkoch de faire la démonstration de ses talents.