:
:
  • Grimoire
  • >
  • Chapitre 1 – Terredia, la terre des Dieux
  • >
  • 3ème partie - Folie divine

Grimoire

Bien mal en avait pris aux Démiurges d’agir ainsi, car à peine expulsé, le Dieu des Foyers subit une transformation que personne n’aurait pu prévoir. La frustration contenue, la folie qui jusqu’alors le réduisait terriblement, se mua tout à coup en une terrible énergie chaotique. Il fut envahi de pouvoirs insoupçonnés, oubliés depuis longtemps, qui dépassaient de loin les capacités de tous les Dieux réunis. Des peuples entiers furent anéantis en un souffle, la plupart des créatures sur Terredia périrent avant même que les Divins de la vallée d’Orion n’eurent le temps de réagir. Avant même qu’ils ne réalisent, le Dieu des Foyers était sur eux, méconnaissable, épris de meurtre.

C’est le Dieu de la Nature qui s’interposa et s’adressa à lui le premier, tout en déviant les attaques du Dieu déchu.

« Mon frère, cesse immédiatement cette folie vengeresse ! Le monde tremble sous ta colère, tu détruis tout ! Ne vois-tu pas que tu vas à l’encontre de tout ce pour quoi tu existes ? Regarde-moi, entends-moi ! ».

Le démon continuait de frapper et vociférait dans une langue inconnue. Il n’était plus lui-même. Le protecteur de la Nature persistait à absorber ses coups, tout en essayant de le raisonner. Une lumière aveuglante pulsait dans la vallée, de plus en plus forte et leur affrontement faisait trembler les sols terediens. Le Dieu atteignait ses limites et le démon frappait de plus belle.

Autour, les autres divinités, aveuglées, étaient impuissantes. C’est alors que le Dieu de la Nature fut envahi par une immense tristesse, car il réalisa ce qui se déroulait sous ses yeux. En face de lui, son frère devenu fou pleurait. Il voulait s’arrêter, mais ne le pouvait pas, sous l’emprise d’une force qu’il ne contrôlait plus. Acculé, le Dieu embrassa le démon de tout son corps et le serra de toutes ses forces. La lumière, brûlante, devenait insoutenable. L’ancien Dieu des Foyers, immobilisé, mordait, griffait, ses larmes s’évaporaient en volutes noires. Il hurla :

« Vous pouvez me bannir, mais vous ne pourrez empêcher la révolte des Fidèles ! Je vous en fait le serment, votre ordre sera bafoué ! Les sols de Terredia pourriront. Vos enfants vous renieront et les Ombres seront vos Maîtres ! ».

La vallée d’Orion fut parcourue d’une déflagration inouïe, tandis que les deux combattants se désintégrèrent en milliards de particules, de la terre au ciel. Le Dieu de la Nature absorba son frère possédé et se dispersa avec lui dans l’éther.